[./page_7_le_clerge.html]
[./page_3_succession.html]
[./page_exorcisme.html]
[./page_liens.html]
[./page_4_primatiale2c_offices.html]
[./page_5_vie_des_paroisses.html]
[./page_6_liturgie_et_prieres.html]
[./accueil.html]
[./page_2_historique.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
              SUCCESSION  APOSTOLIQUE
  Le pouvoir d'ordonner des prêtres et de consacrer des évêques est transmissible et indépendant du control de l'Eglise, ce pouvoir est inamissible, c'est pour cela que même excommunié un évêque ordonne validement . Le seul élément retenu par le concile de trente est l'intention de faire, qui place le ministre en position d'instrument de Dieu.   cela ne dépend pas  de l'Eglise car c'est un évêque qui transmet à un autre le pouvoir d'ordre et cela de façon indélébile, ce qui donne à un évêque le pouvoir d'ordre et de juridiction. La consécration apostolique donne également une succession c'est à dire une lignée inintérrompue d'évêques, depuis un apôtre qui lui même l'a reçue du Christ. De ce fait l'évêque qui a reçu l'imposition des mains d'un autre prélat ordonne, et tous les sacrements qu'il administre sont indiscutablement valides.
           L'Eglise Catholique Gallicane tradition de Reims est une Eglise autocéphale qui n'en demeure pas moins dans le sein de  l'Eglise une Sainte Catholique et Apostolique, nous tenons à affirmer notre grand respect pour le siège de Rome, car nous sommes catholiques donc universels, apostolique notre succession remonte aux apôtres, comme Rome nous sommes une église occidentale car nous ne saurions renier notre héritage.
             Nous avons choisi de donner un aperçu de notre succession, mais nous avons un livret trés complet réalisé par Mgr Poncelet que d'autres évêques de la même succession ont reçu. Cela représente un travail qui remonte les siècles et donne une idée précise. Pour cette réalisation nous nous sommes référerés à de nombreux ouvrages  mais aussi aux notes de Mgr Enos et au livre de Mgr De la Thibauderie sur les églises catholiques non romaines, Daniel Rops dans l'histoire de l'Eglise (14 volumes) fait référence au gallicanisme historique.
                    Le siège de Pierre fut Antioche vers 36 ou 38 c'est  là que la première église  des gentils prend racine et ne cessera jamais d'élire des patriarches. Pierre visitait également Rome dont le premier évêque était Lin il ne faut pas confondre apostolat et épiscopat. C'est de là que notre Eglise tient sa succession ensuite,c'est au travers de 19 branches que viendra à nous cet héritage. De la lignée Jacobite par la lignée syro gallicane Monseigneur Réné Vilatte qui consacrera Miraglia Gullotti qui lui même imposera les mains à Monseigneur Houssaye ( dit Julio). La succesion Arménienne de Monseigneur Chéchémian reconnue par Rome.  Egalement l'Eglise Vieille catholique d'Utrecht ou nous trouvons Bossuet, Dominique Varlet l'ami de l'abbé Grégoire; puis Louis Giraud évêque de notre succession tentera de remettre sur pied l'Eglise gallicane à Gazinet, mais à son décés en 1951 Gazinet disparait. Cette succession nous amène à Mgr Bloom Van Assendelf qui consacrera Mgr Taddei, qui lui-même consacrera Mgr Chrétienne, qui à son tour consacrera Mgr Enos, ensuite Mgr Parson consacrera Mgr Poncelet ce qui nous donne une succession parfaitement gallicane. Après extinction de gazinet sa Béatitude le Patriarche Irénée 1er relancera l'Eglise gallicane autocéphale rue de Renne 6ème arrondissement de Paris, et aura pour co-adjuteur Mgr Enos qui lui succèdera rappelons qu'ils reçurent tous deux la consécration de  bloom Van Assendelf  mais aussi de Julien Erni. Sa Béatitude Irénée 1er consacrera trois évêques un en 1957, un en 1958, le dernier en 1961. Mais lui-même, en 1968 devant le doute de certains concernant ces consécrations, demandera par un écrit signé de sa main dont nous possèdons un exemplaire, à Mgr Enos et surtout à Mgr Chrétienne de le réordonner depuis les ordres mineures jusqu'à la consécration épiscopale le 18 février 1968, ce document est revêtu des tampons de l'église gallicane et du sceau du Patriarche. Monseigneur Enos sera lui aussi reconsacré par Mgr Ngo-Dinh Tuc le 20 octobre 1991. Mgr Luc Parson rencontrera  Mgr Enos qui le pressentait comme évêque ce qui donnera un renouveau gallican à Grenoble. Enfin c'est Mgr jean-Louis Poncelet qui recevra des mains de Mgr Luc la consécration épiscopale pour l' eglise catholique gallicane tradition de Reims. Reims étant la capitale de fait du gallicanisme mondial.